Chobe (1ère partie) – 7 au 10/8 – Botswana 2008

Publié le par Voyageur

Pour aller de Nxai à Chobe (Kasane), il faut faire 450 kilomètres de route goudronnée. Comme dans les parcs, on ne se bouscule pas sur la route, et même s’il s’agit d’une simple 2 x 1 voies, on peut rouler à 120 km/h quasiment sans discontinuer. A Chobe, nous faisons un break avec le camping pour passer 3 nuits au Chobe Safari Lodge. Cela n’atteint pas les sommets de luxe qu’on verra à Chief’s Camp, mais c’est quand même d’un très bon standing ! Encore plus après 4 jours en voiture !



Comme nous sommes partis tôt de Nxai, nous arrivons en début d’après midi et avons largement le temps d’aller faire un tour dans le parc Chobe le long du fleuve. Le spectacle de Chobe l’après midi est toujours aussi impressionnant avec toutes ces antilopes (impalas, cobs lechwe, cobs à croissant, hippotragues noirs), les girafes, les troupeaux d’éléphants, les groupes d’hippopotames, les oiseaux,… partout le long du fleuve. Pendant les 3 jours, nous verrons quelques buffles, mais pas du tout les grands troupeaux d’il y a 2 ans.

 









Le lendemain fut une journée formidable. Le matin, tandis que nous tournons patiemment sur les pistes, 3 voitures de lodges passent devant nous en filant à toute allure. Pas de doute, il se passe quelque chose ! Nous les suivons, et un peu plus loin, nous apercevons des impalas qui bondissent dans tous les sens. Ca se précise ! Et soudain, nous voyons un groupe de 3 lycaons qui courent partout : ils sont en train de chasser. Ils tournent sur place pendant un bon ¼ d’heure, toujours à l’affut du moindre mouvement, puis disparaissent dans le bush (voir toutes les photos de fauves : Botswana 2008 - Fauves Botswana 2008 - Fauves ). Génial !

 




Cela aurait suffi pour la journée, mais juste avant de sortir du parc pour aller prendre le petit déjeuner, re-belotte : les voitures de lodges dévalent la piste devant nous et s’arrêtent un peu plus loin. 3 lionnes viennent d’être aperçues. Mais il est déjà trop tard : à 9 heures, elles sont allongées et avec les herbes hautes, impossible de les voir même en sachant parfaitement où elles sont. Nous décidons de revenir à 13 heures pour tente notre chance. Peine perdue. Puis à 17 heures avec l’intention de rester là jusqu’à la fermeture du parc à 18h30, en espérant qu’elles se rendront visibles avec le coucher du soleil. Nous avons une chance terrible : ¼ d’heure après notre arrivée, elles se lèvent soudain l’une après l’autre. Alors qu’elles étaient exactement là où on regardait, c’est phénoménal de voir comment la couleur de leur peau les rend totalement invisible si elles sont allongées. A leur posture et leur regard fixe, elles sont manifestement intéressées par quelque chose : elles partent en chasse ! Pendant plus d’une demi-heure, nous allons être les seuls à suivre leur progression, apprécier leur tactique de chasse de se séparer pour encercler leur proie, s’approcher d’un troupeau de zèbres pour finalement être repérées et manquer leur but, et se réconforter de leur déconvenue (voir toutes les photos de fauves : Botswana 2008 - Fauves Botswana 2008 - Fauves ). Quel spectacle !

 

 




Les 2 autres matins, nous ne serons pas aussi chanceux puisque nous n’apercevrons aucun fauve. Les guides nous diront que la troupe de lions a remonté la vallée et qu’ils ont donc quitté le bord du fleuve pour plusieurs jours.

 

Chobe, ce n'est pas fini...

 

Publié dans Botswana 2008

Commenter cet article