Chobe (2ème partie) – 7 au 10/8 – Botswana 2008

Publié le par Voyageur

Chobe est également l’endroit idéal pour une « croisière » sur le fleuve. Cette fois-ci, nous avons réservé un petit bateau pour une croisière privée. Cela a donné un tour nettement plus riche qu’il y a 2 ans, car on se déplace plus rapidement d’un point à l’autre sur le fleuve et on peut s’arrêter où on veut. Nous avons vu une quantité impressionnante d’oiseaux, de crocodiles, de lézards, et évidemment d’hippopotames et d’éléphants.

 






En fin de journée, tandis que nous rentrons, nous nous arrêtons devant un dernier troupeau d’hippopotames. La guide qui conduit le bateau est en train de téléphoner et ne fait pas attention : du coup, elle ne surveille pas très bien s’il y a des hippopotames sous l’eau. Soudain, alors que nous sommes à moins de 10 mètres de la berge, des bulles apparaissent à l’avant du bateau et d’un coup un énorme hippopotame jaillit de l’eau devant nous en poussant des cris. Il vient de passer sous le bateau et heureusement est sorti sans nous heurter. C’est très dangereux car avec la petite embarcation que nous avons, il aurait facilement pu nous renverser (les hippopotames sont la 1ère cause d’accidents avec l’homme en Afrique, avant les éléphants ou les fauves). Du coup, d’autres mâles se mettent à plonger et disparaître sous l’eau, on croit voir des bulles partout autour du bateau et la guide remet d’un coup le moteur à fond pour quitter les lieux. Elle riait abondamment mais c’était un rire très nerveux : elle a laissé le moteur à fond pendant 3 bonnes minutes alors qu’il suffisait de s’éloigner de quelques centaines de mètres. Tout s’est passé trop vite pour qu’on ait eu peur, mais quelles émotions quand même !

 


 






Après Chobe, nous partons pour 7 jours dans les camps de Savuti et Moremi. Quand nous partons ce matin là, autant dire que le frigo et la voiture sont pleins à craquer de courses pour être autonomes pendant une semaine !

 


 

 

 

 

Prochaine étape : Savuti !

Publié dans Botswana 2008

Commenter cet article