18 Avril – Libye 2009 – Les dunes de Tin Asamèd

Publié le par Voyageur

A notre arrivée à Tripoli sur le vol d’Afriqiyah Airways, nous retrouvons notre contact de l’agence Al Hassi, qui nous aide à rapidement passer la douane. Pour entrer en Libye, la procédure est un peu spéciale : à Paris, il faut faire traduire son passeport (qui ne doit pas comporter de visa d’Israël) en arabe par un traducteur assermenté de l’ambassade. A partir de cette traduction, l’agence libyenne fait une demande à l’administration libyenne qui délivre un visa qui nous attend à l’aéroport à Tripoli. Vu que le contact de l’agence Al Hassi est aussi policier aux douanes (!), ça aide pour aller plus vite à l’aéroport… Pas de souci pour s’enregistrer sur le vol Air Libya qui va nous emmener jusqu’à Sebha dans le sud du pays, sauf que l’avion décollera finalement avec une heure ½ de retard (classique apparemment), ce qui fait que nous arrivons à 23 heures. Rapide diner et 45 minutes de route pour la 1ère nuit en Libye dans une maison d’un village sans intérêt.

 

 

 

Le lendemain matin, évidemment, nous avons hâte de partir à la découverte du désert ! Nous apercevons les dunes de sable (celles de l’Erg d’Ubari) à l’horizon, mais elles sont encore loin… La majeure partie de la journée sera consacrée à faire la route jusqu’à Lawinat, point d’entrée de la vallée de Maghidet (Marrrrguidette) et véritable commencement du voyage. Nous retrouvons les deux 4x4, et c’est parti ! A midi, le 4x4 qui transporte le matériel donne des signes de faiblesse : c’est le radiateur qui chauffe. La chaleur est écrasante : il fait plus de 30° et le très fort vent chaud ajoute à l’impression de chaleur. Après avoir quitté Paris avec 15°, ça change !

 



 

Après déjeuner et de multiples litres d’eau, le 4x4 arrive à rouler quelques kilomètres puis s’arrête définitivement. « Il est Kaput » comme dit Boubakar. Il faut le remorquer jusqu’à Lawinat sur les 100 kilomètres restants. Résultat, au lieu d’arriver à Lawinat à 15 heures, nous y sommes à 17 heures. Et là, magnifique exemple de la « touareg attitude ». A 17 heures 30, Boubakar nous rassure en nous disant qu’ils ont trouvé une voiture de remplacement et qu’elle vient de partir de la ville de Ghat, à 120 kilomètres (sur une route goudronnée) et devrait être là d’ici une heure ou deux... (une ou deux ??!!). A 18 heures, Boubakar est tout fier de nous dire que la voiture vient de faire le plein d’essence et est prête… à partir ! A 18 heures 30, après notre insistance pour rejoindre les dunes avant le coucher du soleil, le matériel est transféré sur un pick up et nous partons pour le lieu du bivouac : les dunes de Tin Asamèd, où nous arrivons vers 19 heures juste avant que la nuit tombe. Finalement, Boubakar, resté à Lawinat pour attendre le 4x4 de remplacement, nous rejoindra à 23 heures ! Heureusement qu’on n’a pas attendu avec lui !

 


 



Les dunes de Tin Asamèd sont notre 1er contact avec les dunes, donc forcément la magie opère instantanément, aussi bien le soir que le lendemain matin avec le soleil qui se lève et qui donne une très belle couleur rose aux dunes en second plan des dunes couleur jaune sur lesquelles nous sommes installés !


 

Prochaine étape : la forêt de pierre de Maghidet

Publié dans Libye 2009

Commenter cet article