20 Avril – Libye 2009 – Akakus (Vallée de l’Awis)

Publié le par Voyageur

Le lendemain matin, nous remontons la vallée de Maghidet en sens inverse jusqu’à Lawinat. En chemin, Ali devra à nouveau céder le volant à Omar pour passer une dune.



Nous déjeunons au « camping » de Lawinat où nous étions arrivés 2 jours plus tôt, et en profitons pour prendre une bonne douche. En fait, ce camping est le point de départ / arrivée de ceux qui partent à la découverte du désert, et nous croisons un français baroudeur qui travaille en Libye depuis 10 ans pour organiser des raids 4x4.

 

Nous partons ensuite dans l’Akakus (Akakous), une chaîne de très vieilles montages positionnée Nord / Sud sur une centaine de kilomètres. Sur la première moitié, il faut longer les montagnes, roulant très lentement entre d’un côté les parois rocheuses de l’Akakus, et de l’autre, une immense étendue plate de pierre noire. Quand je demande à Boubakar comment s’appelle cette étendue de pierre, il me répond « la caillasse » ! Le soleil étant plutôt en train de descendre, la lumière cachée donne une couleur noire très mat aux rochers de l’Akakus.


Avant d’arriver à notre bivouac, nous nous arrêtons quelques instants à l’Adad (le doigt en arabe). C’est un énorme bloc de roche, en forme de doigt, presque posé à l’équilibre par terre.


Le bivouac est dans la vallée de l’Awis : c’est comme une immense vallée de sable sur les contreforts des montagnes de l’Akakus avec quelques énormes rochers de temps en temps, comme des arbres plantés sur le sable. En débouchant sur la vallée après l’austérité de l’étendue de pierre noire, le contraste est saisissant ! Cet endroit mérite clairement son appellation de vallée !



 





Tandis que Mustapha est en train de préparer le diner, une tempête de sable se lève. Une « petite » pour les touaregs, mais pour nous, c’est quand même impressionnant. Tout autour de nous, on a l’impression d’un brouillard de sable. Quand il y a un coup de vent, c’est comme une pluie de sable, et on comprend toute l’utilité du ‘sheish’ (le turban que les touaregs ont sur la tête pour les protéger du sable et du soleil) ! Le vent soufflera fort pendant toute la nuit et dans nos petites tentes Decathlon, ce n’est pas la nuit la plus tranquille qu’on ait passée !

 

Prochaine étape : l'Akakus - Teshwinet et les dunes de Wan Kaza

Publié dans Libye 2009

Commenter cet article